7 exercices sur une planche d'équilibre contre la dyspraxie

Dyspraxie et équilibre


Etre dyspraxique peut impliquer de sérieux problèmes d'équilibre et, à plus ou moins court terme, des problèmes articulaires et musculaires.

Intérêts de la planche d'équilibre

Aussi pour limiter ces impacts et pour améliorer l'équilibre, je vous propose un outil utilisé notamment par des kinésithérapeutes : la planche d'équilibre.

En s'efforçant de garder l'équilibre sur celle-ci, muscles des hanches, jambes plus particulièrement genoux et chevilles sont sollicités.

De plus, a fortiori en fermant les yeux, le sens de la proprioception* est développé, ce sens qui ferait cruellement défaut aux dyspraxiques.

Equilibre et coordination des mouvements sont ainsi améliorés.

*La proprioception est en effet le sens qui permet d'avoir conscience de la position et des mouvements de son corps.

Exercices 

Plus les difficultés sont grandes, plus il conviendra d'avancer doucement.

  • Exercice 1 : Placer la planche à proximité d'un mur et tout en gardant les bras tendus, se tenir au mur et garder l'équilibre sur la planche durant 5 à 10 mn.
  • Exercice 2 : Lorsque l'exercice 1 est réussi, maintenir la planche à côté du mur. Il s'agit désormais de conserver l'équilibre sans toucher le mur durant au moins 5, puis 10 mn.
  • Exercice 3 : Placer la planche loin d'un mur. Garder l'équilibre 10 mn.
  • Exercice 4 : Placer de nouveau la planche à proximité d'un mur. Fermer les yeux. Tenir l'équilibre 5 puis 10 mn. 
  • Exercice 5 : Eloigner la planche du mur. Garder l'équilibre tout en décrivant des cercles avec le bassin. 
  • Exercice 6 : Tenir sur un pied pendant quelques minutes, puis alterner avec l'autre pied. 
  • Exercice 7 : Les deux pieds sur la planche. Tout en gardant l'équilibre, faire rebondir un ballon de basket. 
Bien d'autres exercices sont bien sûr possible. Avant de passer à un exercice plus complexe, je vous conseille toutefois d'attendre que le précédent soit réussi. Sans dyspraxie déséquilibrante, certains exercices peuvent sembler très facile, ce n'est pas le cas lorsqu'il y a dyspraxie déséquilibrante.

Expérience personnelle

Etant dyspraxique, j'ai testé la planche moi aussi.
Avant celle-ci, plusieurs fois par an, je cumulais les entorses... Avec la planche d'équilibre quasi quotidienne (après une période "7 exercices testés", j'utilisais quasi exclusivement les exercices 1 à 3 durant quelques minutes) , puis hebdomadaire, les entorses ont disparu durant deux années !
Et puis, je me suis reposée sur mes acquis, j'ai cessé d'utiliser ma planche et une nouvelle entorse est apparue au printemps... Un mois passé à boiter, à souffrir. Visiblement la planche m'est utile. 

L'image en haut de l'article correspond à ma planche, une planche Powrx. Il est important de choisir une planche stable, ni trop lourde, ni trop légère. La surface antidérapante permet également une bonne prise en pied. Enfin, à titre personnel, je préfère le contact du bois.

Merci d'avoir lu cet article et à très bientôt pour de nouveaux outils ! 

Isa LISE,  enseignante spécialisée et autrice