6 ans 1/2, il ne sait pas lire. Faut-il s'inquiéter ?

CP, déjà le mois de mars, d'autres enfants lisent et lui ne sait toujours pas que "f+a" = "fa".
L'inquiétude grandit... Est-ce que c'est normal? Est-ce qu'il a un problème? Est-ce qu'il est dyslexique?


Au sommaire
La lecture, une question de motivation 
La lecture, une question de maturation cérébrale
Est-il scolarisé ou apprend-t-il à la maison? 
Le test du son
S'adapter à l'enfant scolarisé

La lecture, une question de motivation

Habitude familiale

Chez vous, personne ne lit, votre enfant n'a pas l'habitude de se tourner vers un livre, il n'est pas spontanément attiré vers lui. Il lui semble que d'autres activités sont autrement plus intéressantes.
Proposez-lui des moments de lecture bonheur où vous lui lirez des histoires. Attention, ces moments seront des moments bonheur uniquement si vous y prenez plaisir, aussi choisissez des lectures qui vous intéressent, à un moment qui vous convient.

Intérêts

Quels sont les intérêts de votre enfant?
Si celui-ci aime tout particulièrement courir, bouger et agir, l'activité lecture peut s'avérer particulièrement ennuyeuse pour lui d'autant qu'il ne maitrise pas du tout celle-ci.
Tenez compte de son besoin de bouger, laissez le gigoter pendant qu'il apprend à lire avec vous ou fait ses leçons. Invitez-le à utiliser son corps en entourant des sons, des mots, en tapant dans les mains pour rythmer les syllabes et surtout n'oubliez pas que, pour le moment, la lecture est très loin de ses pensées!

La lecture, une question de maturation cérébrale

Pour tout apprentissage fondamental: marcher, parler, lire par exemple, il est nécessaire que certaines connexions cérébrales soient en place. La motivation est fondamentale, mais la maturation cérébrale aussi!
De plus, pour un certain nombre d'enfants, lire signifie grandir, quitter un certain statut rassurant. Ce n'est pas facile. 
Si l'enfant n'est pas physiologiquement et psychologiquement prêt, il peut difficilement entrer dans la lecture.
A l'école, le processus de lecture est censé être acquis à la fin du CE1, voire au CE2.
J'irai plus loin en vous proposant de découvrir ou redécouvrir les recherches de Peter Gray, professeur-chercheur à Boston College et auteur de "Free to learn". Selon un appel à témoignages, les enfants en "apprentissages naturels" (sans pression et selon les demandes des enfants) ont appris à lire entre 4 et 11 ans; la majorité des enfants ayant appris à lire naturellement entre 7 et 9 ans. Quelques temps plus tard, le niveau de lecture des enfants était ensuite équivalent à leurs pairs du même âge.
Devrait-on s'inquiéter d'un enfant ne sachant pas lire à 6 ans 1/2? On s'aperçoit à la lecture de ces données que non... Mais, le système scolaire ne se base pas sur une demande, un besoin de l'enfant, mais un apprentissage conditionné.

Est-il scolarisé ou apprend-t-il à la maison ?

Il apprend à la maison

En suivant le rythme interne de l'enfant, vous aurez beaucoup plus de chances qu'aucun blocage ne se produise, même si la pression des contrôles pédagogiques peut retarder cet appétit de lire.
En suivant le rythme de l'enfant, il n'est pas rare de rencontrer des enfants non lecteurs jusqu'à 8, 9 ou même 11 ou 12 ans ! Le déclic venant de l'enfant, celui-ci a ensuite une qualité de lecture semblable à ses pairs et fréquemment un véritable appétit de lire.
A ce sujet, retrouvez ici le témoignage de Capucine, lectrice à 8 ans 3/4 et dévoreuse de livres ! 

 Il apprend à l'école

La pression est réelle malgré l'allongement des cycles (le cycle 2 s'étale désormais du CP au CE2).
Et pourtant, tous les enfants ont-ils appris à marcher ou parler au même âge ?
Que l'enfant lise ou non, les lectures du jour et du soir s'allongent et se complexifient. L'enfant non prêt peut alors se détourner de la lecture et être catalogué "enfant en difficulté". Des cours de soutien s'ajoutent fréquemment aux horaires de la classe, allongeant sa journée et risquant de le dégoûter des mots auxquels il aurait pu goûter en temps et en heure...

Et s'il avait un véritable souci malgré tout ?

Le test du son

Un enfant non lecteur peut l'être en raison de difficultés physiques : problèmes de vue ou audition. En cas de doute, un contrôle de la vue et/ou de l'audition seront utiles.

Certains enfants n'ont pas de difficultés auditives constatées. Pourtant, ils parviennent difficilement à différencier les sons. Cette discrimination auditive étant difficile, ils éprouveront des difficultés pour lire.
Proposez-lui quelques situations d'écoute : entend-t-il "o" dans "domino", "on" dans antilope ? Il est en difficulté ? Vous pouvez alors lui proposer différents jeux ou activités d'écoute ou bien consulter un orthophoniste en cas de difficultés persistantes.

S'adapter à l'enfant scolarisé

Proposez des leçons moins conséquentes.
En tant que parent, essayez de discuter avec l'enseignant pour des leçons plus courtes.
Au-delà de 15 à 20 minutes en plus de l'école, un enfant de cet âge est rapidement découragé.

Tentez une autre approche, a fortiori une méthode syllabique.

Et s'il était dyslexique ?

Si l'enfant n'est pas demandeur et a des difficultés auditives ou visuelles, difficile pour lui d'entrer dans la lecture... Il n'est pas nécessairement dyslexique pour autant. Essayez de résoudre les problèmes physiques, puis de lui donner l'appétit de lire.

Si l'enfant n'est pas demandeur et n'a aucune difficulté physique (vision ou ouïe défaillante), il est probable qu'il n'est pas prêt. Une inquiétude prématurée, une pression ressentie peuvent engendrer une perte de confiance en lui et des difficultés crées artificiellement, mais réelles...

Si l'enfant est vraiment demandeur et est en difficulté, dans ce cas, essayez une autre approche pour la lecture et, au besoin, demandez de l'aide à un professionnel.

L'enfant est-il réfractaire à l'effort ?  La lecture prend du temps. Certains y parviennent très rapidement, mais ils ont accepté plus ou moins implicitement que la lecture n'était pas innée et qu'ils n'avaient pas su identifier chaque mot dès le premier regard. Au contraire, certains enfants tapent du pied, ils supportent mal de devoir attendre. La lecture (qui souvent ne les intéresse pas encore) est ennuyeuse. Malgré deux sons associés, il ne sait toujours pas lire. Que c'est pénible, que c'est long ! Il décide alors de ne plus ou peu chercher... Rassurez-le, expliquez-lui que oui, c'est long, que vous aussi êtes passés par là, insistez sur ses progrès; lisez une pancarte, un titre, montrez-lui concrètement pourquoi c'est intéressant de lire.

La dyslexie ne peut pas être diagnostiquée avant deux ans d'écart d'âge par rapport à un enfant de même âge et même niveau d'apprentissage. Les délais pour obtenir un rendez-vous chez l'orthophoniste sont cependant très longs, faut-il attendre ?
Parvient-il à identifier toutes les lettres ? A reconnaître le son de chacune? Non ? Ne vous inquiétez pas, il n'est peut-être pas dyslexique, mais il a besoin d'identifier ceux-ci aussi proposez-lui de jouer avec les lettres.
Sait-il identifier des syllabes simples (l+a=la, par exemple) ? Pas d'inquiétude a priori, la lecture peut prendre un peu de temps.
Si les sons posent souci, si l'intérêt et la volonté d'apprendre sont là, si des difficultés persistent, si votre "petit doigt" vous souffle vraiment qu'un souci existe, soyez vigilant et, dans ce cas, vous pouvez demander de l'aide dès la fin du CP.

Dans tous les cas, je vous invite à partager des lectures, des activités amusantes autour des mots. Si vous parvenez à allumer la flamme de la lecture, si votre enfant peut grandir à son rythme alors il est probable que tout s'arrange ! ☺

Isa LISE, enseignante spécialisée et autrice de Mémoire d'éléphant-Mémoriser avec un trouble dys, un TDA ou pas.